♦ L’Exposition Gaston Chaissac – Jean Dubuffet au Musée de l’Abbaye Ste Croix – Les Sables d’Olonne ♦

Exposition-Chaissac-Dubuffe

Si vous n’êtes pas encore allés, ne ratez pas cette magnifique exposition au musée de l’Abbaye Ste Croix  des Sables d’Olonne, vous n’avez plus que jusqu’au 26 Janvier…

Le musée de l’abbaye Sainte-Croix des Sables d’Olonne : THE FIRST PLACE TO BE !

Ce musée est un pionnier en France: Créé en 1963 par Pierre Chaigneau, premier conservateur, il n’a eu de cesse de s’agrandir et d’affirmer sa vocation de diffusion de l’art moderne et contemporain. J’en parle avec une petite pointe de fierté car mon père a fait partie de l’équipe qui s’est opposée à la destruction de ces superbes bâtiments.( Enfin de ce que j’en sais car je n’étais pas née!) Le Musée jouit d’une belle réputation et est dirigé aujourd’hui par une jeune conservatrice dynamique ♦ Gaëlle Rageot

♦ L’Abbaye a été fondée le 19 novembre 1633  par Charlotte-Flandrine de Nassau, abbesse de Sainte-Croix de Poitiers et fille de Guillaume d’Orange dit  » Le taciturne  » (un mec sympa), c’était un prieuré de religieuses bénédictines. Les bâtiments furent l’objet de modifications nombreuses et d’affectations diverses, au cours des siècles (hôpital, caserne, lycée…). Néanmoins, l’enveloppe architecturale initiale n’a jamais été modifiée. Le bâtiment est en forme de « U » à l’instar de nombreux logis vendéens, sur deux niveaux, agrémenté d’un cloître resté intact, balisé par de simples arcades , les combles du XVII eme siècle qui ont la forme d’une coque de navire renversée  sont une petite merveille et méritent à eux seuls le déplacement.

♦ Dans les combles, ne manquez pas la superbe exposition de la photographe  Caroline Pottier (Le Phare Boréal, autre PLACE TO BE mais j’en parlerai plus tard ), ♦ Save Our Souls

Le musée de l’abbaye Sainte-Croix conserve la plus importante collection publique consacrée à l’oeuvre  de Gaston Chaissac : plus de cinquante oeuvres et quelques centaines de lettres :

♦  » Mon cher cousin Gaston. Je suis très fier d’être le Chaissac en escarpins.
Fais moi aimer de madame Charreau, Mau et Louise Foucault et de l’agent voyer et des cantonniers,de Herbreteau dit la Pibole, Edmond Prouteau et Marie Roy (qui faisait de la broderie plumetis), Maurice Charrieau et le parrain de ta fille qui est valet de ferme à la Merlatière où le diable a dansé avec du feu sous les pieds car ceux sont tous les gens que j’aime et de qui j’aime l’amitié « .Lettre de Jean Dubuffet à Gaston Chaissac, jeudi -5 juin 1947

♦  » Cher Dubuffet. C’est évident qu’un chercheur ne doit pas se borner a faire des tableaux rien qu’avec de la peinture et des pinceaux et même sans être chercheur je m’étonne qu’un artiste puisse employer toute sa vie les même outils et les mêmes produits sans en avoir la nausée. »
Lettre de Gaston Chaissac à Jean Dubuffet -jeudi 26 ou vendredi 27 juin 1947-

Extraits de la correspondance Chaissac-Dubuffet

Jean-Dubuffet-à-lentrée-de-ses-ateliers-de-lUbac-à-Vence-par-J.-Craven©Achives-Fondation-Dubuffet-Paris

Jean Dubuffet à l’entrée de ses ateliers de l’Ubac à Vence par J.Craven©Archives

Fondation Dubuffet.

Chaissac-à-Ste-Florence©Georges-HérautGaston Chaissac à Ste-Florence ©Georges Héraut

Gaston Chaissac (1910-64) et Jean Dubuffet (1901-1985) se sont rencontrés au mitan des années
quarante, par lettres interposées et par l’entremise de Jean Paulhan. Leur relation s’inaugura
sous le signe de l’écriture. Elle dura jusqu’à la mort de Chaissac en 1964. Leur correspondance
abondante (dont le corpus réuni et publié à l’occasion de l’exposition représente un échange de
plus de quatre cents lettres) est une mine pour relire leurs oeuvres à l’aune de leurs passions et
de leurs détestations, de leurs espoirs, de leurs succès et de leurs déconvenues.

En apparence, ces deux-là ont peu en commun : Dubuffet, évoluant dans un milieu aisé, citadin,
compose malgré sa défiance avec le milieu artistique et se taille vaille que vaille une réputation
qui, aussi scandaleuse et décriée soit-elle en France, lui vaut très tôt l’intérêt des Américains.
Gaston Chaissac, isolé dans le bocage vendéen, se heurte aux sarcasmes des paysans du coin, se méfie de loin des marchands parisiens, vit chichement auprès de sa femme, institutrice laïque,
de quelques travaux journaliers et des récoltes de son jardin. Mais à y regarder de plus près, ils
partagent un même enthousiasme pour tout ce qui touche à « l’homme du commun » et se
défient des bonnes recettes éculées d’un art savant qu’ils jugent par trop répétitif et ennuyeux.Gaston-Chaissac2 Gaston Chaissac – Le visage au hachoirDubuffet-Gode-à-la-troncheJean Dubuffet – Gode à la tronche

Un catalogue accompagnera l’exposition et la Correspondance Chaissac / Dubuffet sera éditée à
cette occasion aux éditions Gallimard.

le Musée de l’Abbaye Sainte-Croix sera exceptionnellement ouvert les samedi et dimanche de 11h00 à 18h00 jusqu’au 26 janvier 2014. En semaine, du mardi au vendredi ouvert de 14h30 à 17h30. Fermeture le lundi et les jours fériés.

 

Sources : http://www.lemasc.fr/

http://masmoulin.blog.lemonde.fr/

http://www.ia94.ac-creteil.fr/actualite/pdf_actu/2013_presse_chaissac_dubuffet.pdf